Espace réservé aux membres du projet

Chers participants

en route pour devenir des acteurs !

Veuillez s.v.p. répondre aux questions suivantes avant le vendredi 26 janvier 2024. 

Projet
Validé

Le Jardin d’Anne

Nombre d’élèves participants : 19
Âge moyen des élèves participants : 18
Etablissement : École privée Sainte Anne

1.Introduction et contexte

Quelle est la problématique que vise à résoudre votre projet dans le domaine alimentaire ?

Le jardinage collaboratif au sein de notre lycée Sainte-Anne est une initiative impliquant à la fois les élèves et les enseignants. Il repose sur la création d’espaces de plantation et de jardins surélevés où seront cultivés des légumes et herbes aromatiques en vue d’une alimentation qui s’inscrit dans une démarche de durabilité, d’éducation et de partage au sein de notre communauté scolaire.

Au cœur de notre projet figure la production de produits alimentaires sains. Nos jardins abriteront des légumes et des herbes aromatiques ainsi que des fleurs mellifères. L’objectif visé : les élèves apprennent d’une part à planter, entretenir et récolter ces cultures, d’autre part à comprendre leurs propriétés nutritives.

Quel est l’objectif principal de votre projet en lien avec la durabilité alimentaire et les Objectifs de Développement Durable (ODD) 2030 des Nations Unies ?

Objectif 2 Alimentation et agriculture

Nous prévoyons de cultiver des légumes biologiques sans recourir à des pesticides.
Nous voulons promouvoir la culture des bons voisins où une plante va protéger respectivement favoriser le développement de la plante voisine. Nous avons l’intention d’encourager nos élèves à organiser un petit potager chez elles où elles peuvent cultiver entre autres du thym ou du romarin qui prennent peu de place et qui peuvent être utilisés quotidiennement en cuisine.

Objectif 4 Education des enfants dans notre communauté

Une partie de nos élèves sont issues de familles à revenu modeste. En option cuisine, elles apprennent à utiliser des aliments frais, riches en vitamines et minéraux qui représentent un bienfait pour leur santé.

En plus, les aliments cultivés à l’école sont locaux et de saison. Notre visée pédagogique : inciter les élèves à consommer de manière plus responsable.

Ajoutons que nous avons l’intention de réaliser des huiles aromatiques que nous vendrons dans le cadre de nos projets solidaires : les revenus seront versés en faveur de nos projets de solidarité pour sensibiliser nos élèves à la situation précaire des enfants et les inciter à être solidaires.

Objectif 12 Consommation et production durables

Nos élèves apprennent à cultiver elles-mêmes des aliments bio de saison sans pesticides. Elles sont capables de cuisiner des repas savoureux à partir d’ingrédients frais, évitant les emballages polluants et, dans le meilleur des cas, prennent l’habitude d’éviter l’achat de plats préparés emballés dans du plastique ou de l’aluminium.

Elles apprennent aussi l’importance d’utiliser des produits régionaux réduisant l’empreinte énergétique de leur comportement alimentaire.

Objectif 15 Vie terrestre

La plantation d’arbres et d’arbustes fruitiers dans notre école contribue à une diversité végétale dans nos espaces verts ; nous comptons aussi un noyer et des mûriers-ronce de même que des plantes mellifères qui attirent une diversité d’insectes dont les abeilles. Les fruits (framboises, mûres, fraises, pommes e.tc) et les fleurs comestibles (calendula, capucine, bourrache, etc.) sont utilisés dans nos cours de cuisine pour leurs vitamines et leurs belles couleurs.

2.Analyse du système alimentaire actuel

Quels sont, selon vous, les principaux défis et lacunes du système alimentaire actuel ?

Notre système alimentaire, en particulier chez les jeunes, se caractérise par divers problèmes énumérés ci-dessous:

Il existe une surconsommation d’une part de produits transformés, riches en sucres, en graisses saturées et en additifs, d’autre part de viande rouge, responsables de problèmes de santé et impactant l’environnement de manière négative.

Une grande partie des jeunes ne savent pas d’où proviennent les aliments qu’ils achètent: ils n’ont aucune connaissance des méthodes de production ni des pratiques agricoles des aliments ni de leur saisonnalité.

Les jeunes, surtout lorsqu’ils sont issus de familles à revenus modestes, consomment très souvent des plats préparés emballés dans du plastique ou de l’aluminium qui polluent l’environnement.

Ils s’alimentent de manière peu équilibrée dû à un marketing alimentaire intense de produits peu durables et des choix alimentaires malsains. La plupart ne savent pas cuisiner et ne sont pas conscients de l’importance d’une alimentation à base de produits bio, frais et variés.

3.Innovation et approche

Quelle est votre proposition innovante pour un système alimentaire plus durable ? Décrivez-en les principaux éléments.

Ce projet interdisciplinaire implique des élèves engagées et des enseignants issus de domaines variés tels que le jardinage, la cuisine, l’éducation artistique et les sciences humaines.

Il vise à créer des synergies pédagogiques tout en favorisant le développement de compétences pratiques. Notre projet durable transcende les salles de classe pour créer une expérience éducative globale. D’une part, nos élèves cultivent les produits et apprennent en même temps à découvrir le cycle de vie des végétaux, allant du moment où ils sont plantés et semés jusqu’à la récolte, d’autre part, les repas préparés en classe sont accompagnés d’explications qui leur font comprendre l’importance de la préparation de plats à base d’aliments frais, bio, saisonniers et sains pour leur santé de même que celle de notre planète.

Ce projet encourage ainsi la promotion d’une alimentation saine et une éducation à une consommation responsable sans gaspillage dans le cadre d’une collaboration synergique entre élèves et enseignants tout en contribuant à renforcer les liens au sein de notre lycée.

La création d’étiquettes en terre cuite désignant les différents produits s’inscrit également dans une perspective d’utilisation de matériaux naturels non polluants à des fins éducatives.

4.Partenariats et collaboration

Avez-vous identifié des partenaires potentiels (organisations, entreprises, institutions) pour la mise en œuvre de votre projet ? Expliquez.

Nous n’avons pas des partenaires externes pour la mise en oeuvre de notre projet. Il s’agit d’une collaboration intra-école.

Comment envisagez-vous de collaborer avec d’autres parties prenantes pour maximiser l’impact de votre projet ?

MAJERUS Suzanne Classe 4GPS – Option jardin
cultive les légumes et herbes aromatiques et apprend l’impact positif qu’ils ont sur leur santé et sur l’environnement
LEHMANN Cathy Classe 5AD1 – Option cuisine
utilise les légumes et herbes aromatiques dans ses cours de cuisine dans une visée éducative (apports nutritifs, alimentation saine)
RISCH Maggy Classes DP1ED – Module HANBE
utilise les légumes et herbes aromatiques dans ses cours de cuisine dans une visée éducative (apports nutritifs, alimentation saine)
PIRSON Isabelle Activité parascolaire
Réalise avec ses élèves des étiquettes en terre cuite désignant les différents légumes et herbes aromatiques
MERCATORIS Nico Responsable de la plantation et du soin des arbres et arbustes fruitiers et expert à qui nous pouvons nous adresser pour toute question ou doute.

5.Plan de mise en œuvre et échéancier

Quel est votre plan de mise en œuvre détaillé, y compris les étapes clés, les ressources financières et humaines nécessaires et les échéances ?

Début du projet : 2ème semestre à partir du 19 février 2024 jusqu’à la fin de l’année scolaire et au-delà de l’année scolaire en cours.

Cristina THÉATO et Isabelle PIRSON organisent chacune un groupe d’élèves en parascolaire : Cristina pour la cultivation des plantes dans les espaces de plantation, Isabelle pour la création d’étiquettes en terre cuite à raison d’1 ou 2 heures/semaine.

Suzanne MAJERUS s’occupe également de la culture et du soin des plantes avec sa classe de 4GPS-1 d’option dans les bacs de jardins surélevés à raison d’1 heure/semaine. Elle informe les élèves des bienfaits des produits saisonniers cultivés bio pour notre santé et celle de notre environnement.

Cathy LEHMANN et Maggy RISCH prépareront des repas équilibrés et sains avec leurs classes à raison de 2 respectivement 4 heures/semaine en utilisant le fruit de nos cultures et en informant également les élèves des bienfaits des produits saisonniers cultivés bio pour notre santé et celle de notre environnement.

Nico MERCATORIS, notre expert en jardinage et botanique, nous donnera des informations et explications chaque fois qu’un doute ou une question surgira en cours de route.

Nous avons des plantations d’arbres et d’arbustes fruitiers et de plantes mellifères de même que 6 grands bacs de 6 m sur 2 m pour un jardinage surélevé qui vont être prochainement installés dans la cour devant notre cuisine.

Nous allons préparer la terre de culture (février/mars), puis semer, repiquer (printemps février-mai), soigner et récolter les légumes, fleurs et herbes aromatiques que nous avons l’intention de planter, dont de la salade, des petits-pois, des épinards, de la betterave, des radis, de la blette, du romarin, du thym, de l’origan, du persil, du calendula, de la capucine etc. qui seront récoltés et utilisés en cuisine. Nous favoriserons les aliments pouvant être récoltés jusqu’à la fin de l’année scolaire (jusqu’au 15 juillet).

Dès notre première récolte, nous intégrerons les produits cultivés dans nos cours de cuisine.

Comment comptez-vous évaluer l’impact de votre projet sur le système alimentaire ?

Nous évaluerons l’impact de notre projet à l’aide de questionnaires portant sur l’alimentation (connaissances sur leur provenance, leur valeur nutritive, leurs habitudes alimentaires , …), que tous les élèves rempliront au début, en cours de réalisation du projet et à la fin de l’année scolaire.

6.Conclusion

Quels sont les principaux avantages et atouts de votre projet en termes de durabilité alimentaire ?

Nous voulons que nos élèves deviennent des consommatrices responsables sachant l’importance de leurs habitudes concernant leur alimentation sur leur santé et celle de l’environnement.

Dans l’idéal, elles porteront leur choix sur des aliments frais, bio, régionaux et saisonniers. En plus, elles préféreront les plats qu’elles prépareront elles-mêmes et qui leur permettront d’être créatives aux plats préparés de même qu’aux aliments malsains.

Pourquoi votre projet devrait-il être sélectionné pour contribuer à un système alimentaire plus durable conforme ODD ?

Nous comptons plus de 1.000 élèves dans notre lycée. Nous espérons que ce projet alimentaire durable, initié par des élèves multiplicatrices puisse sensibiliser la communauté scolaire aux consommations de produits ayant une faible empreinte environnementale. Ces jeunes contribueraient ainsi à éduquer leurs pairs sur les choix alimentaires responsables. À travers des actions concrètes, elles encourageraient les autres élèves à réduire l’impact environnemental lié à l’alimentation.

Le projet met l’accent sur la compréhension des cycles alimentaires, la promotion de régimes à base de plantes et la réduction du gaspillage. En développant cette conscience collective nous pourrions dans l’idéal réussir à créer une culture alimentaire durable au sein de notre communauté, contribuant ainsi à la préservation de l’environnement et à l’adoption de comportements responsables pour les générations futures.

Documents joints

Présentation de l'équipe

Coordinateur(s)

Evaluez le projet

Étant donné que les efforts doivent s’orienter vers des solutions durables pour le système alimentaire, en cohérence avec au moins l’un des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies, nous vous invitons à consulter la page officielle des Nations Unies pour des informations détaillées sur ces objectifs.

Veuillez évaluer le projet en fonction des critères suivants s.v.p. :

Veuillez expliquer les raisons de vos choix s.v.p. :


Projet
Validé

1.Introduction et contexte

Quelle est la problématique que vise à résoudre votre projet dans le domaine alimentaire ?

Le jardinage collaboratif au sein de notre lycée Sainte-Anne est une initiative impliquant à la fois les élèves et les enseignants. Il repose sur la création d’espaces de plantation et de jardins surélevés où seront cultivés des légumes et herbes aromatiques en vue d’une alimentation qui s’inscrit dans une démarche de durabilité, d’éducation et de partage au sein de notre communauté scolaire.

Au cœur de notre projet figure la production de produits alimentaires sains. Nos jardins abriteront des légumes et des herbes aromatiques ainsi que des fleurs mellifères. L’objectif visé : les élèves apprennent d’une part à planter, entretenir et récolter ces cultures, d’autre part à comprendre leurs propriétés nutritives.

Quel est l’objectif principal de votre projet en lien avec la durabilité alimentaire et les Objectifs de Développement Durable (ODD) 2030 des Nations Unies ?

Objectif 2 Alimentation et agriculture

Nous prévoyons de cultiver des légumes biologiques sans recourir à des pesticides.
Nous voulons promouvoir la culture des bons voisins où une plante va protéger respectivement favoriser le développement de la plante voisine. Nous avons l’intention d’encourager nos élèves à organiser un petit potager chez elles où elles peuvent cultiver entre autres du thym ou du romarin qui prennent peu de place et qui peuvent être utilisés quotidiennement en cuisine.

Objectif 4 Education des enfants dans notre communauté

Une partie de nos élèves sont issues de familles à revenu modeste. En option cuisine, elles apprennent à utiliser des aliments frais, riches en vitamines et minéraux qui représentent un bienfait pour leur santé.

En plus, les aliments cultivés à l’école sont locaux et de saison. Notre visée pédagogique : inciter les élèves à consommer de manière plus responsable.

Ajoutons que nous avons l’intention de réaliser des huiles aromatiques que nous vendrons dans le cadre de nos projets solidaires : les revenus seront versés en faveur de nos projets de solidarité pour sensibiliser nos élèves à la situation précaire des enfants et les inciter à être solidaires.

Objectif 12 Consommation et production durables

Nos élèves apprennent à cultiver elles-mêmes des aliments bio de saison sans pesticides. Elles sont capables de cuisiner des repas savoureux à partir d’ingrédients frais, évitant les emballages polluants et, dans le meilleur des cas, prennent l’habitude d’éviter l’achat de plats préparés emballés dans du plastique ou de l’aluminium.

Elles apprennent aussi l’importance d’utiliser des produits régionaux réduisant l’empreinte énergétique de leur comportement alimentaire.

Objectif 15 Vie terrestre

La plantation d’arbres et d’arbustes fruitiers dans notre école contribue à une diversité végétale dans nos espaces verts ; nous comptons aussi un noyer et des mûriers-ronce de même que des plantes mellifères qui attirent une diversité d’insectes dont les abeilles. Les fruits (framboises, mûres, fraises, pommes e.tc) et les fleurs comestibles (calendula, capucine, bourrache, etc.) sont utilisés dans nos cours de cuisine pour leurs vitamines et leurs belles couleurs.

2.Analyse du système alimentaire actuel

Quels sont, selon vous, les principaux défis et lacunes du système alimentaire actuel ?

Notre système alimentaire, en particulier chez les jeunes, se caractérise par divers problèmes énumérés ci-dessous:

Il existe une surconsommation d’une part de produits transformés, riches en sucres, en graisses saturées et en additifs, d’autre part de viande rouge, responsables de problèmes de santé et impactant l’environnement de manière négative.

Une grande partie des jeunes ne savent pas d’où proviennent les aliments qu’ils achètent: ils n’ont aucune connaissance des méthodes de production ni des pratiques agricoles des aliments ni de leur saisonnalité.

Les jeunes, surtout lorsqu’ils sont issus de familles à revenus modestes, consomment très souvent des plats préparés emballés dans du plastique ou de l’aluminium qui polluent l’environnement.

Ils s’alimentent de manière peu équilibrée dû à un marketing alimentaire intense de produits peu durables et des choix alimentaires malsains. La plupart ne savent pas cuisiner et ne sont pas conscients de l’importance d’une alimentation à base de produits bio, frais et variés.

3.Innovation et approche

Quelle est votre proposition innovante pour un système alimentaire plus durable ? Décrivez-en les principaux éléments.

Ce projet interdisciplinaire implique des élèves engagées et des enseignants issus de domaines variés tels que le jardinage, la cuisine, l’éducation artistique et les sciences humaines.

Il vise à créer des synergies pédagogiques tout en favorisant le développement de compétences pratiques. Notre projet durable transcende les salles de classe pour créer une expérience éducative globale. D’une part, nos élèves cultivent les produits et apprennent en même temps à découvrir le cycle de vie des végétaux, allant du moment où ils sont plantés et semés jusqu’à la récolte, d’autre part, les repas préparés en classe sont accompagnés d’explications qui leur font comprendre l’importance de la préparation de plats à base d’aliments frais, bio, saisonniers et sains pour leur santé de même que celle de notre planète.

Ce projet encourage ainsi la promotion d’une alimentation saine et une éducation à une consommation responsable sans gaspillage dans le cadre d’une collaboration synergique entre élèves et enseignants tout en contribuant à renforcer les liens au sein de notre lycée.

La création d’étiquettes en terre cuite désignant les différents produits s’inscrit également dans une perspective d’utilisation de matériaux naturels non polluants à des fins éducatives.

4.Partenariats et collaboration

Avez-vous identifié des partenaires potentiels (organisations, entreprises, institutions) pour la mise en œuvre de votre projet ? Expliquez.

Nous n’avons pas des partenaires externes pour la mise en oeuvre de notre projet. Il s’agit d’une collaboration intra-école.

Comment envisagez-vous de collaborer avec d’autres parties prenantes pour maximiser l’impact de votre projet ?

MAJERUS Suzanne Classe 4GPS – Option jardin
cultive les légumes et herbes aromatiques et apprend l’impact positif qu’ils ont sur leur santé et sur l’environnement
LEHMANN Cathy Classe 5AD1 – Option cuisine
utilise les légumes et herbes aromatiques dans ses cours de cuisine dans une visée éducative (apports nutritifs, alimentation saine)
RISCH Maggy Classes DP1ED – Module HANBE
utilise les légumes et herbes aromatiques dans ses cours de cuisine dans une visée éducative (apports nutritifs, alimentation saine)
PIRSON Isabelle Activité parascolaire
Réalise avec ses élèves des étiquettes en terre cuite désignant les différents légumes et herbes aromatiques
MERCATORIS Nico Responsable de la plantation et du soin des arbres et arbustes fruitiers et expert à qui nous pouvons nous adresser pour toute question ou doute.

5.Plan de mise en œuvre et échéancier

Quel est votre plan de mise en œuvre détaillé, y compris les étapes clés, les ressources financières et humaines nécessaires et les échéances ?

Début du projet : 2ème semestre à partir du 19 février 2024 jusqu’à la fin de l’année scolaire et au-delà de l’année scolaire en cours.

Cristina THÉATO et Isabelle PIRSON organisent chacune un groupe d’élèves en parascolaire : Cristina pour la cultivation des plantes dans les espaces de plantation, Isabelle pour la création d’étiquettes en terre cuite à raison d’1 ou 2 heures/semaine.

Suzanne MAJERUS s’occupe également de la culture et du soin des plantes avec sa classe de 4GPS-1 d’option dans les bacs de jardins surélevés à raison d’1 heure/semaine. Elle informe les élèves des bienfaits des produits saisonniers cultivés bio pour notre santé et celle de notre environnement.

Cathy LEHMANN et Maggy RISCH prépareront des repas équilibrés et sains avec leurs classes à raison de 2 respectivement 4 heures/semaine en utilisant le fruit de nos cultures et en informant également les élèves des bienfaits des produits saisonniers cultivés bio pour notre santé et celle de notre environnement.

Nico MERCATORIS, notre expert en jardinage et botanique, nous donnera des informations et explications chaque fois qu’un doute ou une question surgira en cours de route.

Nous avons des plantations d’arbres et d’arbustes fruitiers et de plantes mellifères de même que 6 grands bacs de 6 m sur 2 m pour un jardinage surélevé qui vont être prochainement installés dans la cour devant notre cuisine.

Nous allons préparer la terre de culture (février/mars), puis semer, repiquer (printemps février-mai), soigner et récolter les légumes, fleurs et herbes aromatiques que nous avons l’intention de planter, dont de la salade, des petits-pois, des épinards, de la betterave, des radis, de la blette, du romarin, du thym, de l’origan, du persil, du calendula, de la capucine etc. qui seront récoltés et utilisés en cuisine. Nous favoriserons les aliments pouvant être récoltés jusqu’à la fin de l’année scolaire (jusqu’au 15 juillet).

Dès notre première récolte, nous intégrerons les produits cultivés dans nos cours de cuisine.

Comment comptez-vous évaluer l’impact de votre projet sur le système alimentaire ?

Nous évaluerons l’impact de notre projet à l’aide de questionnaires portant sur l’alimentation (connaissances sur leur provenance, leur valeur nutritive, leurs habitudes alimentaires , …), que tous les élèves rempliront au début, en cours de réalisation du projet et à la fin de l’année scolaire.

6.Conclusion

Quels sont les principaux avantages et atouts de votre projet en termes de durabilité alimentaire ?

Nous voulons que nos élèves deviennent des consommatrices responsables sachant l’importance de leurs habitudes concernant leur alimentation sur leur santé et celle de l’environnement.

Dans l’idéal, elles porteront leur choix sur des aliments frais, bio, régionaux et saisonniers. En plus, elles préféreront les plats qu’elles prépareront elles-mêmes et qui leur permettront d’être créatives aux plats préparés de même qu’aux aliments malsains.

Pourquoi votre projet devrait-il être sélectionné pour contribuer à un système alimentaire plus durable conforme ODD ?

Nous comptons plus de 1.000 élèves dans notre lycée. Nous espérons que ce projet alimentaire durable, initié par des élèves multiplicatrices puisse sensibiliser la communauté scolaire aux consommations de produits ayant une faible empreinte environnementale. Ces jeunes contribueraient ainsi à éduquer leurs pairs sur les choix alimentaires responsables. À travers des actions concrètes, elles encourageraient les autres élèves à réduire l’impact environnemental lié à l’alimentation.

Le projet met l’accent sur la compréhension des cycles alimentaires, la promotion de régimes à base de plantes et la réduction du gaspillage. En développant cette conscience collective nous pourrions dans l’idéal réussir à créer une culture alimentaire durable au sein de notre communauté, contribuant ainsi à la préservation de l’environnement et à l’adoption de comportements responsables pour les générations futures.

Documents joints

Présentation de l'équipe

Coordinateur(s)